28 février 2017 Olivier Riguel

Entrevue 7SUR7 Belgique

Les spectacles de la troupe « The Illusionists » sont aussi impressionnants qu’incompréhensibles. Avec eux, on est bien loin des numéros de

magie qui faisaient apparaître un lapin dans un chapeau. Pour le plus grand bonheur des adeptes de l’illusion, les septs magiciens se produiront en spectacle le 4 et 5 mars prochain sur la scène de Forest national. À cette occasion, le petit nouveau de la troupe, Enzo Weyne, 27 ans, a accepté de répondre à quelques questions.

D’où vous vient votre passion pour la magie et l’illusion?
C’est assez banal. J’ai reçu une boîte de magie quand j’avais sept ans pour la Noël. J’ai tout de suite adoré. En en même temps, j’étais un passionné de Lego et de construction. J’ai donc eu l’idée d’associer les deux en fabriquant de nouvelles illusions. À 11 ans, j’ai fait mon premier spectacle et j’ai adoré voir toutes les émotions que je pouvais procurer grâce à mes tours de magie: du rire, du questionnement, du rêve. J’ai alors su que je voulais en faire mon métier.Quel est l’illusionniste qui vous a inspiré?
David Copperfield est pour moi le maître absolu. Il a bercé toute mon enfance. Beaucoup de médias disent d’ailleurs que je suis sa version française mais ce n’est pas vrai. J’essaye d’avoir mon propre monde, mes propres numéros.

Vous avez participé deux fois à « La France a un incroyable talent » (demi-finale en 2008 et finale en 2013). Qu’est-ce que ces expériences vous ont apporté?
Ca a été des expériences incroyables. C’était un gros challenge parce que je savais exactement ce que je voulais faire. Lors de ma deuxième participation, j’ai fait apparaître un hélicoptère sur scène. Je prenais un gros risque parce que si ça ne marchait pas, j’étais mort médiatiquement parlant. Mais finalement, ça m’a ouvert la porte à plein de producteurs.