28 octobre 2015 Olivier Riguel

SELF-MADE MAN

Metronews / Enzo : il était une fois un self-made man de la magie

GRANDE ILLUSION – Les téléspectateurs l’ont porté en 2013 en finale de « La France a un incroyable talent » sur M6. Enzo Weyne présente aujourd’hui son premier grand spectacle sur la scène du Casino de Paris. Avec la ferme intention de s’imposer comme un David Copperfield à la française.

C’est l’histoire d’un petit garçon qui rêvait les yeux grands ouverts. Et qui devenu adulte, marche aujourd’hui dans les pas de son idole, le magicien américain David Copperfield. Comme il le raconte dans son premier spectacle, actuellement au Casino de Paris, Enzo Weyne n’a que 7 ans lorsqu’il reçoit sa première boîte de magie. Et à peine 10 lorsqu’il découvre sur son écran de télé celui qui va changer à jamais sa vie. Ses parents s’inquiètent lorsqu’il s’enferme pour répéter ses premiers tours. Et se fâchent tout rouge lorsqu’il leur annonce qu’il veut en faire son métier. « J’étais déterminé », se rappelle l’intéressé. « Hélas Poudlard n’existe pas ! ».

Enzo va donc apprendre la magie… à sa manière. « D’abord en faisant une année de science de l’ingénierie, deux ans de menuiserie afin de construire mes boîtes, puis en bossant dans le bâtiment. Ensuite j’ai appris la gestion et la comptabilité, j’ai passé ma licence de producteur et j’ai créé ma boite d’événementiel », résume ce self-made man de l’illusion dont la carrière va connaître un coup d’accélérateur grâce à son passage dans « La France a un incroyable talent » sur M6 en 2008 puis 2013 où il atteint la finale. Depuis, c’est dans la banlieue de Nantes qu’il a conçu, dans le plus grand secret, le spectacle qu’on peut découvrir actuellement.

Il rêve d’avoir son show à Las Vegas

Sur scène « l’insaisissable » Enzo s’amuse à disparaître, réapparaître et encore disparaître, découpe au laser son assistante – qui est aussi son amie d’enfance – et s’inflige une décharge inhumaine d’électricité afin de remonter le temps… « Je mélange les choses les plus simples, qui sont souvent les plus belles, avec des trucs plus sophistiqués », confie le jeune magicien. J’essaie d’être fidèle aux classiques de l’illusion – l’évasion à la Houdini, la femme coupée en deux – tout en préservant l’effet de surprise. J’essaie de faire une magie ‘à twists’. Le spectateur croît comprendre… et puis non ! ». On confirme.

Après le Casino de paris, Enzo prolongera l’aventure aux Folies Bergères, du 5 au 20 janvier prochain, « avec déjà de nouveaux numéros parce que mon spectacle se veut évolutif, toujours dans cette idée de surprendre en permanence ». Son rêve ultime ? « Avoir mon show, à Las Vegas, comme David Copperfield. Je sais qu’il y a de la concurrence, mais ça ne me fait pas peur ». Après avoir découvert son spectacle, on comprend effectivement que rien ne l’effraie. A plus court terme, il pourrait bientôt bluffer les téléspectateurs d’une grande chaîne de télé. On en reparle.

> Enzo, l’insaisissable. Jusqu’au 1er novembre au Casino de Paris. Puis du 5 au 20 janvier 2016 aux Folies Bergère.

Jérôme Vermelin

 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,